Plateforme de Solidarité Climatique®

Une plateforme commune à six mutuelles et coopératives d'assurances européennes

Dans le cadre d'Euresa, un Groupement européen d'intérêt économique, composé de compagnies d'assurances coopératives et mutualistes, dont le Groupe P&V fait partie, une plateforme de solidarité climatique commune a été développée.

A la suite de la diffusion, en 2009, de la publication "Pour un développement durable : engagements et initiatives", les sociétés françaises Matmut, Macif, MAIF et IMA ainsi que P&V (Belgique) et DEVK (Allemagne) ont mené un projet destiné à sensibiliser leurs internautes aux problématiques sociales et environnementales relatives au changement climatique.

La plateforme de Solidarité climatique® permet :

  • de mieux comprendre les enjeux climatiques et de s'informer sur les moyens de réduire son empreinte carbone.
  • d'évaluer le volume de CO² émis par son logement et/ou son véhicule, deux secteurs du métier d'assureur parmi les plus contributeurs au changement climatique.
  • de compenser tout ou partie de ces émissions en soutenant un projet de développement mené par l'association GERES dans le cadre de son programme de compensation CO²Solidaire.

Présentation

Présentation du Géres

Crée en 1976, le GERES - Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités - est une association à but non lucratif, dont les actions visent à améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres par la mise en œuvre de projets qui réduisent la précarité énergétique, préservent l'environnement et limitent les changements climatiques et leurs conséquences. L'association déploie une ingénierie de développement et une expertise technique spécifique menées en partenariat avec les communautés et les acteurs locaux.

Techniques d'efficacité énergétique, extension de services énergétiques favorisant le développement économique local, développement de filières énergies renouvelables ou de valorisation des déchets sont au centre de son activité.

Aujourd'hui plus de 200 collaborateurs conduisent près de 40 projets de développement durable innovants, en France et dans 12 pays du Sud.

Le site de l'organisation : www.geres.eu.

Présentation de CO²Solidaire : le programme de compensation du GERES

Le programme CO²Solidaire, première plateforme historique de compensation francophone est initié dès la fin 2004. Le programme, à but non lucratif, est entièrement porté par le GERES et vise à cofinancer les projets de terrain de l'ONG.

CO²Solidaire bénéficie de la notoriété et des 35 ans d'expérience du GERES : 1ère ONG à accéder au financement carbone sur un projet de développement, référence mondiale sur la thématique climat-énergie-développement, participation aux Sommets internationaux sur le climat, distinctions internationales, plus d'1,5 million de fours améliorés diffusés au Cambodge).

CO²Solidaire est intégré à l'Unité Climat du GERES, unité d'expertise qui bénéficie d'une représentation internationale dont l'objectif est d'appuyer certains des projets du GERES en développant notamment une composante 'finance carbone'. Cette expertise terrain permet à CO²Solidaire de bénéficier d'une vision d'ensemble des projets carbone.

Aujourd'hui près de 130 organisations partenaires soutiennent l'initiative CO²Solidaire et font valoir leur engagement dans la solidarité climatique.

Le site du programme : www.co2solidaire.org.

Le changement climatique

Définition

L'effet de serre est un processus normal qui permet de maintenir sur Terre une température moyenne de 15 degrés. Sans cela, la température moyenne serait de -18 degrés ! Cela est dû à la présence de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, qui reflètent une partie des radiations thermiques émises par la Terre. Mais suite à l'augmentation des quantités de gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère, ce réchauffement s'est accentué : c'est ce qu'on appelle le changement climatique.

Le dioxyde de carbone (CO²), est le gaz le plus significatif contribuant à ce processus. On parle donc souvent 'd'émissions de CO²'.

Les signes les plus importants du changement climatique sont l'augmentation de la température mondiale moyenne, de la fréquence des évènements climatiques extrêmes, etc. Le changement climatique a toutefois des effets différents sur chaque pays, suivant leur localisation géographique et leur situation économique.

Les causes

L'augmentation des gaz à effet de serre que l'on observe aujourd'hui ne peut pas s'expliquer uniquement par des facteurs naturels. Les activités humaines sont aussi en cause dans ce processus.

Les transports sont l'une des plus importantes sources d'émissions. Divers facteurs tels que le taux d'occupation des véhicules, les technologies ou le type de carburant employé font beaucoup varier les quantités d'émissions dont nous sommes individuellement responsables.

Il en va de même pour l'énergie consommée par les foyers : bien que l'utilisation de sources d'énergie renouvelables augmente dans le domaine du chauffage, la part des sources dommageables pour le climat était toujours supérieure à 90 % en 2008.

Outre le chauffage, les appareils ménagers comptent pour 25 % de l'énergie consommée par les foyers. C'est la raison pour laquelle la présence d'étiquettes permet désormais d'identifier les appareils les plus efficaces et des innovations techniques, telles que les ampoules basse consommation.

Des pistes d'action individuelles

Chacun peut contribuer à la protection du climat en essayant de réduire les émissions de CO² dont il est responsable. Les conseils ci-dessous présentent des astuces quotidiennes relativement simples :

  • Prendre les transports en commun.
  • Un véhicule dont toutes les places sont occupées génère moins d'émissions de CO² par personne qu'un véhicule ne transportant qu'une personne.
  • Pour économiser du carburant, il est recommandé de conduire sans galerie de voiture, de réduire sa vitesse et d'augmenter la pression des pneus.
  • L'utilisation d'énergies renouvelables telles que les énergies hydraulique, éolienne et solaire présente un grand potentiel de réduction d'émissions.
  • Les ampoules basse consommation sont beaucoup plus efficaces que les ampoules normales.
  • Le chauffage de l'eau consomme de grandes quantités d'énergie. C'est pourquoi prendre une douche rapide est bien meilleur pour le climat que de prendre un bain.
  • Couper l'alimentation des appareils tels qu'un téléviseur ou un ordinateur plutôt que de les laisser en mode veille réduit leur consommation d'énergie.
  • Utiliser des appareils ménagers appartenant aux catégories A+ et A++.
  • Réduire la température des pièces de 1 degré permet d'économiser au moins 4 % d'énergie.
  • Baisser la température du chauffe-eau à 60 degrés Celsius permet d'économiser de l'énergie.
  • Une température de lavage inférieure contribue à réduire sa consommation énergétique.
  • Etendre le linge pour le faire sécher plutôt que d'utiliser un sèche-linge contribue à réduire les émissions de CO².
  • Cuisiner avec un couvercle permet d'économiser de l'énergie.

La compensation CO²

Qu'est ce que la compensation carbone volontaire ?

Un mécanisme a été développé à l'intention des acteurs souhaitant 'compenser', sur une base volontaire, les émissions de CO² qu'ils ne peuvent éviter.

  • La compensation carbone est une démarche volontaire, responsable et éco-citoyenne.
  • Les individus, les entreprises et associations peuvent compenser leurs propres émissions de CO² générées par une activité : transport, chauffage, production d'énergie, etc.
  • La compensation carbone n'est pas un 'achat de conscience'. Elle doit être la dernière étape d'une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à la source.
  • La compensation carbone consiste à financer, sur un projet mis en œuvre dans un pays en développement, une économie de gaz à effet de serre équivalente aux émissions que l'on ne peut réduire.
  • Ce mécanisme se base sur le concept de 'neutralité géographique' : une quantité donnée de CO² émise dans un endroit peut être 'compensée' par la réduction d'une quantité équivalente de CO² en un autre lieu.

La Solidarité climatique® : une vision de la compensation volontaire intégrée

Au-delà de la dimension environnementale, la compensation carbone conjugue deux démarches complémentaires et indissociables :

  • La réduction des émissions de gaz à effet de serre au Nord en vertu de la prise en compte de la responsabilité historique des pays industrialisés dans les changements climatiques
  • L'accompagnement des populations des pays du Sud face aux évolutions climatiques. Celles-ci étant les plus vulnérables, et les moins responsables. Il s'agit d'améliorer les conditions de vie de ces populations sans accentuer les dérèglements climatiques.

Pour CO² Solidaire, la compensation carbone doit être assimilée à ce principe pour s'inscrire résolument dans la cohérence et dépasser la seule dimension environnementale de la démarche.

Pour plus d'informations sur la compensation et la Solidarité climatique consultez : www.co2solidaire.org.

Calculateur CO²

Calculez vos émissions de CO² et, si vous le souhaitez, compensez-les

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a annoncé que les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère devaient être réduites afin de limiter à 2 degrés l'augmentation de la température mondiale d'ici 2100. Pour atteindre cet objectif, chaque personne, ne doit pas dépasser 1 à 2 tonnes d'émissions de CO² par an.

En ce moment, dans l'Union Européenne, l'émission annuelle moyenne s'élève à un niveau qui est plus de 5 fois supérieur.

Le projet financé

la diffusion de fours de cuisson améliorés au Cambodge

Au Cambodge, pays classé 137ème sur 180 en termes d'IDH (indice de développement humain), le bois couvre plus de 80 % des besoins en énergie. Il est notamment utilisé en zone urbaine et rurale pour la cuisson des aliments, la production de sucre de palme... Son utilisation intensive menace les ressources forestières et la biodiversité. Elle a des effets directs sur la santé des habitants et en particulier sur celle des femmes (maladies pulmonaires et oculaires causées par les fumées nocives).

Face à ce constat, le GERES a développé en 2001 un modèle de foyer de cuisson domestique amélioré, le New Laos Stove (NLS), qui permet d'économiser jusqu'à 25 % de charbon de bois par rapport aux foyers traditionnellement utilisés.

En 2002, le GERES s'est engagé dans la diffusion massive de NLS. Grâce au financement carbone, le projet NLS devient le 1er projet au monde de diffusion de fours améliorés à générer des crédits carbone.

En structurant et professionnalisant l'ensemble de la filière locale de production du four, le projet s'est caractérisé par son intégration totale dans l'économie du pays.

Objectifs du projet
Lutter contre la déforestation, la précarité énergétique et améliorer les conditions de vie des populations locales :

  • Réduire la consommation en bois de feu,
  • Protéger la forêt, son écosystème et la biodiversité,
  • Préserver le climat en limitant les émissions de CO2,
  • Diminuer les risques de santé liés aux fumées nocives domestiques,
  • Réduire les dépenses énergétiques des ménages,
  • Accompagner une politique environnementale nationale.

Un projet de développement de référence
Ce projet a été récompensé par 4 prix internationaux :

  • Prix ASHDEN 2006,
  • US EPA 2007,
  • U.E. Energy Globe 2008,
  • PCIA (Partnership for Clean Indoor Air) Award - Global Leadership 2011.

Le projet en chiffres

  • 1.600.000 vefours améliorés diffusés dans près de 18 provinces,
  • 360.000 ménages bénéficiaires > 50 % de la population urbaine cambodgienne,
  • 41 centres locaux de production,
  • 5.000 ha de forêt préservés,
  • 1.500.000 TeqCO² évitées entre 2003 et 2011.