Retour

À quel âge prendre ma PLCI ?

À quel âge prendre ma PLCI ?

Pour les indépendants, souscrire une PLCI est un excellent moyen de se constituer un capital pension complémentaire. Mais, à partir de quel âge pouvez-vous disposer de cette somme ? Et, y a-t-il des implications fiscales en fonction de l’âge auquel vous faites verser cet argent? La réponse est oui, comme nous vous l’expliquons dans le présent article.

PLCI: fiscalement intéressante

Si vous souhaitez en tant qu’indépendant maintenir votre niveau de vie, vous allez devoir en grande partie y veiller par vous-même. La pension légale n’y suffit en effet généralement pas. La souscription d’une Pension Libre Complémentaire pour Indépendants est un des moyens d’y parvenir. C’est une formule d’épargne que l’État a rendue fiscalement très intéressante et qui rapporte en outre aussi un intérêt garanti et une éventuelle participation aux bénéfices.

À partir de quel âge prendre votre capital pension ?

Imaginons que vous souscriviez une PLCI. À partir de quel âge pouvez-vous convenir de toucher votre bas de laine? Vous devez de toute façon avoir fêté votre 60e anniversaire avant de vous faire verser le capital, ce n’est pas possible plus tôt. Si vous attendez d’avoir 65 ans, l’impôt que vous devrez payer sera nettement moins élevé.

Rente fictive, impôt réel

La PLCI est imposée selon le principe de la rente fictive. Celle-ci est calculée en multipliant votre capital par un pourcentage déterminé. Vous devez déclarer au fisc en tant que revenu de pension le montant obtenu par ce calcul pendant une période déterminée.
 

Âge du bénéficiaire

Rente fictive

Obligation de déclaration

59 à 60 ans

3,5%

13 ans

61 à 62 ans

4%

13 ans

63 à 64 ans

4,5%

13 ans

65 ans et plus

5% (sur 80% du capital)

10 ans

 

Attendre vos 65 ans offre l’avantage majeur qu’à ce moment la rente n’est calculée que sur 80% de votre capital et que vous ne devez la déclarer que pendant 10 ans, au lieu de 13 ans.

La rente fictive est uniquement calculée sur 80% du capital quand :

  • vous prenez au plus tôt votre pension légale à 65 ans et que
  • vous êtes toujours resté actif jusqu’à l’âge de la pension légale.

PLCI: un exemple

Un exemple chiffré sera plus parlant. Imaginons que vous arrêtez de travailler à 63 ans et que vous touchez un capital de 200.000 euros de votre PLCI. Les 13 années suivantes vous allez alors devoir déclarer annuellement une rente de 9.000 euros au fisc (200.000 x 4,5%). Jusqu’à votre 76e anniversaire, vous serez alors imposé sur une rente fictive de 117.000 euros au total.

Si vous travaillez jusqu’à 65 ans, le pourcentage est dans ce cas certes plus élevé (5%), mais la règle des 80% intervient. La rente fictive s’élève alors à 5% mais sur 160.000 euros (ou 8.000 euros) et ce pendant 10 ans. Au total, la rente fictive sur laquelle vous serez imposé ne s’élèvera qu’à 80.000 euros.

Continuer à travailler

Si, à 63 ans, vous vous sentez toujours en pleine forme, cela vaut donc certainement la peine de continuer encore un peu à travailler et de repousser de quelques années votre prise de pension. Fiscalement, ce sera en effet nettement plus avantageux.

Pour conclure, nous avons encore une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La mauvaise nouvelle est que l’État retient encore une cotisation INAMI unique de 3,55%, ainsi qu’une cotisation de solidarité (0, 1% ou 2%). Votre assureur s’en charge automatiquement lors du versement de votre capital. Il versera ce montant directement à l’État. La bonne nouvelle est que les éventuelles participations aux bénéfices qui vous seraient versées ne sont pas imposées.

En savoir plus sur la PLCI ? Contactez votre courtier

Pour toutes les conditions et de plus amples informations sur la PLCI (par exemple ce qui se passe si vous venez à décéder avant 60 ans…), contactez votre courtier. Il ou elle se fera un plaisir de vous conseiller en fonction de votre situation personnelle.


Rechercher un courtier
Rechercher un autre courtier